Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

Publié le mardi 18 janvier 2022, par SMG

La gestion de la crise de la Covid-19 par le président Emmanuel Macron et son gouvernement a soulevé de nombreux questionnements en termes de respect des droits fondamentaux et de prises de décisions démocratiques.

Dès le 19 janvier 2022, la création de Mon Espace Santé concernera les 65 millions de Français·e·s. Après l’échec du DMP [1], le gouvernement a choisi le passage en force : une création de dossier numérique automatique pour chaque Français·e sans consentement libre et éclairé !

Mon Espace Santé rassemblera des services comme un dossier médical numérique, une messagerie sécurisée, un agenda de rendez-vous, et un panel de services numériques concernant la santé à travers des applications. Autant dire un nombre important de données de santé, qui sont par nature sensibles car touchant à notre vie privée.

Un passage en force du gouvernement et une négation des principes démocratiques

visuel <span class="caps">MES</span> 04 801
Alors que ce dispositif était prévu par MaSanté2022 et que l’expérimentation avait déjà commencé dans 3 départements depuis fin août 2021, il aura fallu attendre la fin d’année pour que paraissent l’ensemble des décrets d’application. Comme pour le Health Data Hub (plateforme partagée des données de santé), le gouvernement met encore une fois en œuvre de nouveaux outils numériques utilisant des données personnelles avant de rendre public les modalités de fonctionnement.
Alors que tout le monde a l’esprit occupé par la situation sanitaire liée à la Covid, cette précipitation dans la mise en œuvre est-elle démocratique ?
Comment le gouvernement compte-il, en si peu de temps, informer les personnes pour que chacun·e puisse comprendre, et consentir ou refuser ?
Un bilan portant sur l’amélioration potentielle de la santé des usager·e·s dans les 3 départements pilotes mérite d’être réalisé et les bénéfices prouvés avant une généralisation. L’argument que cela soit pratique pour les patient·es ne suffit pas et reste à démontrer.
Ce passage en force nuit à notre démocratie, niant toute possibilité de débat ou d’opposition.

Une négation du droit des patient·es sur le consentement libre et éclairé

Concernant la santé, le consentement se doit d’être explicite, « libre », c’est-à-dire sans pressions ni contraintes, et surtout « éclairé » par des explications précises sur les conséquences du choix de la personne, fournies par des professionnel·les formé·es.
La consultation de Mon Espace Santé par un·e soignant·e nécessite l’accord de la personne, sauf en cas d’usage du « bris de glace » [2] .
Aucun consentement n’est prévu pour que les professionnel·les y déposent des documents contenant des informations sur l’état de santé de la personne (compte-rendus, résultats, etc).

Le consentement d’une personne en un clic est fragile.

visuel <span class="caps">MES</span> 02 801 visuel <span class="caps">MES</span> 03 801

Par ailleurs, le ministère de la Santé a choisi le concept d’Opt-out pour l’ouverture des espaces de santé, c’est-à-dire que le consentement est acquis de manière automatique, sauf si la personne fait la démarche de s’opposer dans un délai de 6 semaines après réception de la notification. Ceci n’est pas du consentement.
Le ministère de la Santé rompt le principe du consentement libre et éclairé développé dans les lois conquises ces vingt dernières années pour les droits des patient·es.
Que penser d’une société où « quand on ne dit pas non, c’est que c’est oui » ?
Nous nous joignons aux luttes féministes qui travaillent à faire progresser la culture du consentement.
Peut-on parler de consentement lorsque les possibilités de refuser ne sont pas les mêmes pour chacun·es ?

Un « consentement » automatique n’est pas un consentement ! Le droit au secret médical mis en péril par la centralisation des données de santé

visuel <span class="caps">MES</span> 01 801
Le secret médical que chaque patient·e partage dans la relation de confiance avec un·e professionnel·le de santé, permet de garantir liberté, autonomie et sécurité dans les soins. Dans les données de santé, il y a des informations intimes, sur le mode de vie, la sexualité, les maladies contractées, l’état psychique, les IVG pratiquées... etc. La possibilité d’un accès direct à ces données pour tous les professionnel·le·s entraîne un risque de mésusage. Une centralisation des données de santé amène une fragilisation de la sécurité numérique. Le droit des patient.es garanti par le secret médical est directement mis en péril.

Revendiquer un service public indépendant face à la privatisation de la santé

Si le maître d’œuvre de Mon Espace Santé est la CNAM, ce sont des entreprises privées qui ont été choisies pour porter le développement technique. On ne retrouve aucune volonté politique de développer pleinement un service public du numérique en santé, mais comme souvent une délégation de services aux entreprises privées. Cette délégation nuit au service public puisqu’il perd en compétences et en indépendance. Une mise en application technique par la sécurité sociale, sur des principes de gestion paritaire et démocratique, serait pourtant le seul garant d’une indépendance et de la maîtrise de ces outils, ainsi que des données qu’ils utilisent ou produisent.

Trop de risques et trop de doutes Suivant le principe de précaution, refusons l’activation de l’Espace santé numérique

Sans garantie d’amélioration pour la santé de chacun.e,
Parce qu’aucune liberté fondamentale ne doit être bafouée,
Parce que seuls les processus de concertation démocratique peuvent servir le bien commun, 
Parce que le service public est le seul garant d’égalité,
Parce que chacun·e a le droit au respect de sa vie privée,
Nous dénonçons la mise en place de Mon Espace Santé et appelons à refuser son activation.
Nous demandons un audit indépendant et citoyen sur les bénéfices et risques de cet outil avant toute généralisation de sa diffusion.

Contact : syndmedgen@free.fr - https://smg-pratiques.info/

Retrouvez notre tutoriel pour s’y opposer.

affiche <span class="caps">MES</span> <span class="caps">SMG</span>


[1DMP : Dossier Médical Partagé. Il s’agit d’un carnet de santé numérique qui conserve les informations de santé : traitements, résultats d’examens, allergies, compte-rendus de consultations ou d’hospitalisation, etc.

[2Dans certaines situations, le·la professionnel·le peut utiliser un « bris de glace » pour accéder à Mon Espace Santé sans que la personne concernée ne soit informée, c’est à dire un accès en urgence sans autorisation préalable.

Vos commentaires

  • Le 25 janvier à 16:40, par Nathan En réponse à : Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

    Bonjour,

    Merci pour cet article. Je n’ai pas reçu de notification, comment s’opposer à la création du dossier dans ce cas ?
    Cordialement,

    BN

  • Le 5 février à 14:49, par LECLERC Françoise En réponse à : Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

    Bonjour,
    Je refuse qu’un espace santé soit ouvert en mon nom pour toutes les raisons énoncées plus haut.

  • Le 11 février à 12:23, par Leroy En réponse à : Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

    Merci pour cette information importante.
    Comment exprimer
    -  collectivement notre refus de l’espace (idée de liberté !) santé
    -  individuellement notre refus ?
    Par avance merci pour votre réponse

  • Le 22 février à 16:24, par Henri-Jean En réponse à : Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

    Si vous obtenez un échec pour générer un code provisoire (ça a été le cas pour mon épouse et moi), alors il faut téléphoner au 3422 qui ont les moyens de régler le problème. Pensez à demander à votre interlocuteur une attestation de refus (non automatique). Par internet, on peut cocher une case à cet effet (recommandé !).
    Trop de risques, surtout avec la valse des « pass » des années covid !

  • Le 6 mars à 17:29, par Leroy En réponse à : Mon Espace Santé : trop de doutes et trop de risques !

    Bonjour, si j’utilise le code provisoire, pour « refuser », ne suis-je pas déjà « fichée » ?
    Ou je passe par le tél 3422 pour refuser ?
    Par avance merci pour votre réponse

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lire aussi

Appel à mobilisation de soutien aux médecins en injonction de paiement de leur cotisation ordinale 2020 et 2021

14 juin 2022
par MIOP, SMG
Début janvier 2022, suite à leur refus de payer, 6 médecins d’Ariège ont reçu une injonction de payer leur cotisation pour l’année 2020 et 2021. Ce refus de payer s’inscrit dans le Mouvement …

collectif DésOrdre - Agréments de stage : l’Ordre des médecins n’a rien à y faire

30 mai 2022
par MIOP, Pour une MEUF, SMG, Syndicat national des jeunes médecins généralistes, SNJMG
Dans sa communication récente, l’Ordre des médecins met en avant des modifications dans les modalités d’agrément des maîtres de stage des universités (MSU) accueillant des étudiants en 2e et 3e cycles …

7 Avril 2022, Pour faire de « La Journée Mondiale de la Santé » « Notre Journée Mondiale Citoyenne de la Santé »

4 avril 2022
par SMG
Les politiques publiques menées dans toute l’Europe dans le domaine de la santé et de la protection sociale, au nom d’une dette qui n’est pas la nôtre, ont conduit à une dégradation continue et …

L’assurance maladie va-t-elle devoir verser 11,5 millions d’euros au Health Data Hub en 2022 ?

17 janvier 2022
par SMG
Dans un courrier daté du 12 janvier 2022, l’Assurance maladie s’inquiète du projet d’arrêté qui prévoit le versement de 11,5 millions d’euros du régime général au Health Data Hub, alors que le Ministère …