Déclaration publique de médecins de Loire-Atlantique et Vendée : nous refusons de cautionner les dysfonctionnements de l’Ordre des médecins et demandons un débat public en vue de sa dissolution

Publié le jeudi 7 octobre 2021, par SMG

Dans les suites du rapport accablant de la Cour des comptes de 2019 [1], après les carences graves et des comportements inacceptables, nous, médecins, manifestons notre opposition à l’Ordre des médecins. Nous demandons la dissolution de l’Ordre et le transfert des missions ordinales aux institutions de notre république (justice, ARS (Agences régionales de santé) , etc.).

Créé sous le régime de Vichy pour remplacer et spolier les syndicats alors interdits par Pétain, l’Ordre des médecins est une institution d’ancien régime qui n’a pas sa place dans notre démocratie.
En effet, elle s’arroge le droit de représenter tou·te·s les médecins, se substituant aux syndicats, alors qu’elle ne représente qu’un point de vue, souvent réactionnaire. L’Ordre s’est, entre autres, opposé à l’IVG, à l’exercice collectif et collaboratif, au tiers-payant. L’Ordre n’a rien fait pour défendre le service public hospitalier et a laissé se développer les dépassements d’honoraires, une grave source d’inégalité dans l’accès aux soins. En défendant un modèle purement libéral, il a laissé s’installer les déserts médicaux. Dans ses tribunaux d’exception, il a soutenu les employeur·e·s dans leurs plaintes et intimidations contre les médecins qui faisaient le lien entre la santé psychique des salarié·e·s et leur travail. Sous couvert de défense de la « confraternité et de l’image de la profession », il a couvert de graves faits de pédocriminalité et d’agressions sexuelles.
Ces nombreux dysfonctionnements, de sa création sous l’occupation à nos jours, illustrent les nombreux conflits d’intérêt de cette organisation corporatiste opaque (cf.le rapport de la Cour des Comptes1). Ces positionnements, aux services de certains médecins, se font souvent au détriment de la santé publique de nos concitoyen·ne·s.

Aujourd’hui, notre opposition à l’Ordre prend plusieurs formes (pétitions [2], tribunes [3], paiement différé des cotisation, paiement partiel avec reversement à des assos d’intérêt général, non paiement...).

Par cette opposition, nous ne réclamons pas une dérégulation complète de l’exercice médical, ce qui serait préjudiciable à la santé publique. Nous demandons en revanche un contrôle plus démocratique et plus juste du pouvoir médical. Il existe déjà des institutions et organismes publics pouvant assurer ces missions, sous réserve de leur donner les moyens humains et financiers à la hauteur. Nous désirons que soient étudiées les propositions faites pour reprendre les missions de l’Ordre dans la perspective de sa dissolution.

Nous invitons enfin chacun·e à signer la pétition en ligne appelant à la dissolution de l’Ordre.

Premièr.e.s signataires :
Guillaume Getz (44)
Marie Kayser (44)
François Meuret (44)
Marion Luce (44)
Françoise Oheix (44)
Adrien Rousselle (44)
Christian Bonnaud (85)
Dominique Prime (44)

Lire aussi

Continuer à accueillir et soigner les non vacciné·e·s

22 décembre 2021
par SMG
Récemment, l’Autriche a décidé un confinement sélectif épargnant les vacciné·e·s. Singapour a quant à elle décidé de dérembourser les soins des patient·e·s hospitalisé·e·s pour Covid et non vacciné·e·s. En …

Le déremboursement du dépistage est dangereux pour la santé

15 octobre 2021
par SMG
Monsieur le Président... Vous annonciez le 12 juillet dernier la fin des tests de dépistage mis à disposition sans avance de frais en même temps que l’obligation du Pass sanitaire dans certains …

Dissolution de l’Ordre des médecins, acte 2 : la pétition

15 avril 2021
par SMG
Après l’appel du 9 mars 2021, le SMG s’associe à 24 organisations pour appeler la dissolution de l’Ordre des médecins. Nous appelons chacun.e à la signer et à la diffuser le plus largement possible. …

Appel interassociatif et intersyndical du 9 mars 2021 : Il faut dissoudre l’Ordre des médecins

9 mars 2021
Après le rapport accablant de la Cour des Comptes paru en décembre 2019, l’Ordre des médecins tente de se justifier et réaffirme « être au service des médecins dans l’intérêt des patient·e·s ». Comme pour …